Skip to Content

L'eau

Eau de Lourdes

“Allez boire à la source et vous y laver”, voilà ce que la Vierge Marie a demandé à Bernadette Soubirous, le 25 février 1858. Cette invitation est adressée à chacun de nous.

L’eau de Lourdes n’est pas à confondre avec de l’eau bénite. C’est une eau banale, légèrement calcaire, comparable à celle de toutes les sources voisines. Elle n’a aucune vertu thermale ou propriété spécifique. Elle est totalement indépendante du cours du Gave de Pau. Cette eau est acheminée par une canalisation souterraine vers des réserves qui elles-mêmes alimentent les points d’eau à la Grotte (fontaines), les piscines et le chemin de l’eau.

La popularité de l'eau de Lourdes est née des miracles. Effectivement, le moyen apparent le plus fréquent des miracles de Lourdes, c’est l’emploi de l’eau de la source, soit en application, soit en ingestion, soit en bain. Ce sont les hommes qui ont inventé les modalités des fontaines, du bain aux piscines ou du chemin de l’eau.

Dans la foi catholique, à travers les éléments naturels et les sacrements, c’est toujours Dieu qui guérit, par l’intercession de la Vierge Marie et la prière des chrétiens. Cette eau est donc un signe, pas un fétiche. Bernadette Soubirous a dit elle-même : “On prend l’eau comme un médicament... Il faut avoir la foi, il faut prier : cette eau n’aurait pas de vertu sans la foi !”.

L’eau de Lourdes est le signe d’une autre eau : celle du baptême. Chaque fois que le geste de l’eau est accompli aujourd’hui. C'est une personne qui retrouve un sens à sa vie. C’est un cœur qui se purifie et se libère.

Une citation de la Bible, sur le thème de l'eau

“Qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ;
l’eau que je lui donnerai deviendra en lui,
source d’eau jaillissant en vie éternelle.”


Évangile selon saint Jean (chapitre 4, verset 14)