Skip to Content

Le Sanctuaire de Lourdes, havre de paix, à l'approche du 15 août - l'évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Brouwet, rassure

Retour

Pèlerins à Lourdes le 9 août 2016Toutes les mesures ont été prises à Lourdes pour permettre aux pèlerins et aux touristes de se rendre à la Grotte des apparitions en toute quiétude, notamment à l'approche de la grande fête religieuse de l'Assomption, qui a lieu chaque année le 15 août. L'évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Nicolas Brouwet, gardien de la Grotte, est confiant et il l'explique. "En se rendant à Lourdes, on se remet entre les mains de Dieu et la Sainte Vierge. Il y a toujours du nouveau à Lourdes, en particulier dans notre vie spirituelle," conclut-il.

Voir le reportage vidéo (1mn 50s) tourné avec l'évêque dans le Sanctuaire


VIDEO "Lourdes, havre de paix, à l'approche du 15 août"

CE QUE DIT LA VIDEO TOURNEE DANS LE SANCTUAIRE. L'évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Nicolas Brouwet, est confiant et rassurant : que vous soyez pèlerins ou touristes, le Sanctuaire et la Grotte sont sécurisés. Les images de cette vidéo prises le 9 août 2016 dans l'après-midi en bordure de Gave montrent la quiétude générale qui règne sur le site des apparitions, et les foules impressionnantes qui n'ont pas attendu le 15 août pour se mettre déjà en chemin. Regardez cette file composée d'hommes et de femmes de toutes les nations et de toutes les générations qui attendent patiemment de passer dans la Grotte... Lourdes, havre de paix. Lourdes, capitale mondiale de l'espérance humaine ! Venez et voyez. Ce que dit exactement Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, dans cette vidéo : « On attend 6000 pèlerins avec le pèlerinage National et tous ceux qui voudront, en famille, seuls, entre amis, venir pour fêter le 15 août à Lourdes. C'est un temps de vacances. Il y a beaucoup de familles d'ailleurs qui sont en vacances dans la région et pour qui c'est une tradition de venir pour la messe du 15 août : c'est comme un rendez-vous annuel. On se rend compte que les rassemblements de foule ont besoin d'être surveillés, d'être sécurisés. Là, je dois dire que vraiment l’État met tous les moyens à sa disposition pour que le pèlerinage à Lourdes se passe dans les meilleures conditions. On a nos propres équipes de sécurité renforcées par des sociétés privées pour pouvoir effectuer des fouilles des pèlerins. Il y a aussi le support et le soutien de la gendarmerie, de la police et d'un certain nombre de moyens qui ont été mis en place. Il faut que l'on fasse tout ce que l'on peut pour la sécurisation. Il faut aussi continuer à vivre notre pèlerinage : il faut venir en pèlerin. Le pèlerinage, c'est un déplacement. C'est-à-dire que l'on part de chez soi. C'est toujours compliqué de partir de chez soi parce que, au fond, il faut quitter ses habitudes et puis accepter qu'il y ait des choses que l'on n'avait pas prévues qui se passent pendant un pèlerinage. En se rendant à Lourdes, on se remet entre les mains de Dieu et la Sainte Vierge. Il y a toujours du nouveau à Lourdes, en particulier dans notre vie spirituelle. »